J’ai mal à ma plaine

Ce matin, j’ai profité que les routes soient ouvertes pour aller voir dans quel état j’allais retrouver ma belle et douce plaine… car si mes coins favoris étaient épargnés jeudi matin, le feu avait ensuite repris malheureusement dans ce secteur… Pour ceux qui ont déjà pu sortir avec moi pour “La route des vieux ponts” ou “Coucher de soleil dans la plaine des Maures”, vous savez à quel point je suis attachée à ces lieux que je fréquente depuis ma naissance… j’ai même habité 7 ans de l’autre côté de la rivière des Neuf Riaux.
 
Quelle tristesse, quel désarroi ce matin de découvrir le secteur dit du pont romain ravagé par l’incendie. C’est d’autant plus spectaculaire qu’une grande partie de la ripisylve avait été remplacée peu à peu par des cannes de Provence, désormais complètement brûlées. Les premières pousses sont déjà visibles, un peu de vert dans tout ce noir… Sur la photo, le point de vue de ma sortie ‘Coucher de soleil’, avec les deux pins que j’avais choisi pour illustrer les propos de Pierre Foncin qui parle de ce territoire comme d’une “Petite Afrique”… à droite, l’amas d’arbustes où je cachais malicieusement le rosé pour vous surprendre en fin de balade, afin de contempler ensemble le ciel qui devenait rose sur silhouettes découpées de pins parasols.
 

Ici, je vous offrais le meilleur spot à coucher de soleil et lever de lune de toute la plaine. Ici, bien plus que des histoires à vous raconter, je vous offrais un bout de ma vie.

Pendant un moment, qui sera de toute façon plus ou moins long selon les décisions gouvernementales qui seront prises, je garderai jalousement ma plaine pour moi. Je la regarderai panser ses plaies, tout en pansant les miennes en même temps. Je m’émerveillerai des repousses de bruyères et du maquis, je surveillerai quels pins ont roussi sans cuire. Et pour une très longue période à venir, je ne guiderai plus dans la plaine.

Cet article a 1 commentaire

  1. Schwartz

    Bonjour Mélanie, nous avons fait avec vous la dernière sortie coucher de soleil. Quelle tristesse, même si le paysage est devenu fantasmagorique. Bien fait d’en profiter.
    Desolant

Laisser un commentaire