#Me Too

(Re-post du 8 mars 2019 sur ma page Facebook)
 
Cela fait plusieurs mois que le projet de cette BD est prêt, je l’ai laissé mûrir le temps nécessaire. Le hasard m’a fait l’achever à quelques jours du 8 mars, j’ai décidé alors de la publier à cette occasion. Le but de ce post n’est pas de chercher qui est qui derrière cette « gente masculine » dont je parle, ni de chercher les coupables et les victimes.
 
C’est plutôt la prise de conscience d’un mécanisme, d’un engrenage dans lequel on peut se retrouver piégée malgré soi ; et que l’on alimente malgré soi également. Ce n’est pas dire que les victimes méritent d’être victimes. Mais reconnaître (et c’est là que c’est puissant !) qu’une fois la situation identifiée, il est possible de s’en extraire et surtout d’en retirer une expérience positive.
Aujourd’hui je remercie ce monde masculin qui m’a « obligée » à me révéler à moi-même, à devoir développer une force et une puissance que j’ignorais jusqu’alors.
 
Cela ne veut pas dire que c’est un comportement excusable. Mais cela veut dire qu’il n’y a pas de fatalité. Cela veut dire aussi qu’une fois la transformation effectuée, mes réponses à ce monde masculin sont différentes ; même si lui n’a pas forcément changé. Et pourtant. Mes réponses et comportements ont fait réfléchir certains. Ma prise de conscience a permis des prises de conscience.
 
Mais je ne combats personne.
Tout est possible.
Rien n’est immuable.
 
Je suis #metoo mais je ne suis pas une victime.
Je suis #metoo mais je ne pars pas en guerre.
Je suis #metoo car moi aussi j’ai découvert qui je suis et je sais désormais prendre la place qui est la mienne.
Ensemble, changeons les consciences avec bienveillance.
Metoo
Metoo
Metoo
Metoo
Metoo
Metoo
Metoo
Metoo

Laisser un commentaire